Volume numéro 1, message # 103

http://www.fcdj.org/file/book/Book_PBM1_fr_web.pdf#page=153

 

29 mai 1997, 4 h 35

 

103. – Les gens que tu portes dans ton cœur ce n’est pas toi qui en es le sauveur : leur Sauveur c’est Moi

 

Seigneur Jésus, j’ai plusieurs demandes à Vous faire. Je sais que Vous les connaissez toutes. Je Vous laisse le choix de m’instruire ou de me parler concernant une personne en particulier que je porte dans mon cœur.

Je me veux totalement à Votre écoute. Je Vous aime.

 

« Mon tout-petit, peu importe les besoins en regard de ton entourage ou pour toi-même, tu te dois de demeurer branché sur l’essentiel, et l’essentiel c’est la relation amoureuse que nous avons ensemble. Ton cœur est ouvert à M’accueillir et Moi, Je suis penché vers toi comme une maman se penche sur le berceau de son tout-petit l’entourant de ses prévenances.

 

Les gens que tu portes dans ton cœur ce n’est pas toi qui en es le sauveur. Leur Sauveur c’est Moi. Tu n’as qu’à Me les confier. Je suis déjà penché sur chacun d’eux, comme Je le suis sur toi.

 

Il se peut fort bien que Je veuille t’utiliser pour livrer Mes commandes, comme il se peut que ce soit quelqu’un d’autre. Demeure à Mon écoute ; sois docile. En temps et lieu tu seras inspiré et les fruits seront excellents en plus d’être abondants.

 

Tu deviens l’Amour et c’est l’Amour qui passe à travers toi.

 

Comme Je t’aime. »