Volume numéro 2, message # 084

http://www.fcdj.org/file/book/Book_PBM2_fr_web.pdf#page=133

 

2 novembre 1999, 3 h 25

 

84. – Un apôtre au cœur de Feu

 

Seigneur Jésus, je Vous présente J. et son volume, de même que toutes ses difficultés.

Venez à son aide, je Vous prie. Si Vous voulez m’utiliser pour lui parler, je me place à Votre écoute.

Merci d’entendre et d’exaucer ma pauvre prière.

Je Vous aime.

 

«Mon tout-petit, Je me penche vers toi pour dire à J., Mon fils bien-aimé:

 

Mon petit J., toi que J’ai mis à part pour être au service du Père, tu n’as pas hésité à donner ton “oui” à Me suivre et à devenir Mon disciple.

 

Moi, ton Dieu, Je t’ai regardé, Je t’ai aimé, Je t’ai choisi. Tu as trouvé grâce à Mes yeux. Je marche avec toi. Tu n’as rien à craindre. Je suis toujours avec toi.

 

Toi, tu as voulu être l’un de Mes disciples; Moi, Je veux plus que cela pour toi. Par tes “oui”, Je suis à faire de toi un apôtre, un apôtre avec un cœur de Feu, capable d’enflammer une grande partie de l’univers.

 

Toi, tu as cru que c’était par tes connaissances que tu pouvais M’être utile, Moi, Je te dis que c’est par ton cœur, ce cœur que Je brûle au Feu de Mon Amour Feu, à travers tes souffrances. Donne-Moi ton fardeau, tu trouveras que Mon joug est léger.

 

Ne t’éloigne pas de Moi, ton Dieu, viens à Ma rencontre. Je suis là, bien en toi, dans les profondeurs de ton être. Ne Me cherche pas ailleurs, c’est en toi que Je suis. Le chemin, c’est ton cœur, toujours ton cœur, jamais tes facultés, bien qu’elles soient importantes, mais dans la mesure où, jointes à tes connaissances, elles sont au service de ton cœur.

 

Tu as tout quitté pour Me suivre; il te reste à quitter tes facultés et ton savoir pour que le cœur d’apôtre que J’ai déposé en toi occupe toujours et partout la première place.

 

Reconnais que tu es petit. Surtout, reconnais et accepte que Je t’aime.

 

Oui, J., Mon petit J., Je t’aime.

 

Tendrement et follement, Je t’aime.

 

À chaque fois que tu éprouveras une difficulté, répète dans ton cœur: parce que l’Amour m’aime, je deviens l’Amour. Tu ressentiras Ma Présence et tu seras de plus en plus comblé.

 

Tu deviens l’Amour. Que veux-tu de plus? Encore une fois, Je te le dis, parce que tu as peine à bien l’accueillir:

 

Tendrement et follement, Je t’aime.»