facebook live
Tous les jours
à 12 : 30 HAE.
sauf les vendredis
et samedis
Votre dose d'amour
quotidienne!

Chronique #47 – Attention à la conduite du parvenu

Attention à la conduite du parvenu

Beaucoup de gens ne réussissent pas à obtenir de véritables succès, dû au fait qu’après en avoir connu un petit, ils adoptent une conduite de parvenus et se dirigent vers un échec total. Le premier homme que j’ai engagé en 1959 était âgé de 25 ans, marié, père de trois enfants. Il possédait une petite maison, il était très économe, travaillait à la Dominion Textile et avait un revenu de 2 500 $ par année. Il travaillait durant les fins de semaine pour se faire un revenu additionnel afin de faire vivre sa famille. Il était très timide. Dans les débuts, je m’interrogeais sérieusement s’il allait pouvoir demeurer dans un domaine comme celui de l’assurance.

Trois ans plus tard, il avait obtenu un revenu de 13 000 $ par année, sa timidité s’était changée en arrogance et son économie transformée; il aimait payer « la traite » à tout le monde, si bien que trois années plus tard, il est parti de sa ville, laissant au service social son épouse avec cinq enfants, pour aller vivre avec une jeune fille enceinte de lui depuis trois mois; il laissait environ 20 000 $ de dettes, en plus de faire perdre à son père les 15 000 $ qu’il lui avait prêtés. Pour le père, c’était le seul argent qu’il avait pour sa retraite à la suite d’un accident où il avait été brûlé. De plus, mon homme s’était servi à même la caisse du bureau d’assurances pour 3 000 $.

Je me disais : « La réussite ce n’est pas cela. » Nous avons avantage à être très prudents dans notre conduite, lorsque nous commençons à avoir du succès.

http://www.fcdj.org/bibliotheque/livres_de_leandre_lachance

http://www.fcdj.org/boutique/?category_uid=2

×

Panier

FCDJ Pensées du jour

Pensée du jour

3 avril 2019
:

Attention à la conduite du parvenu

Beaucoup de gens ne réussissent pas à obtenir de véritables succès, dû au fait qu’après en avoir connu un petit, ils adoptent une conduite de parvenus et se dirigent vers un échec total. Le premier homme que j’ai engagé en 1959 était âgé de 25 ans, marié, père de trois enfants. Il possédait une petite maison, il était très économe, travaillait à la Dominion Textile et avait un revenu de 2 500 $ par année. Il travaillait durant les fins de semaine pour se faire un revenu additionnel afin de faire vivre sa famille. Il était très timide. Dans les débuts, je m’interrogeais sérieusement s’il allait pouvoir demeurer dans un domaine comme celui de l’assurance.

Trois ans plus tard, il avait obtenu un revenu de 13 000 $ par année, sa timidité s’était changée en arrogance et son économie transformée; il aimait payer « la traite » à tout le monde, si bien que trois années plus tard, il est parti de sa ville, laissant au service social son épouse avec cinq enfants, pour aller vivre avec une jeune fille enceinte de lui depuis trois mois; il laissait environ 20 000 $ de dettes, en plus de faire perdre à son père les 15 000 $ qu’il lui avait prêtés. Pour le père, c’était le seul argent qu’il avait pour sa retraite à la suite d’un accident où il avait été brûlé. De plus, mon homme s’était servi à même la caisse du bureau d’assurances pour 3 000 $.

Je me disais : « La réussite ce n’est pas cela. » Nous avons avantage à être très prudents dans notre conduite, lorsque nous commençons à avoir du succès.

http://www.fcdj.org/bibliotheque/livres_de_leandre_lachance

http://www.fcdj.org/boutique/?category_uid=2

bitmap 2

Une expérience utilisateur améliorée

Téléchargez notre application maintenant

bitmap 3
mobile bitmap 3