Récit de l’Imprimatur

Léandre Lachance


Récit de l’Imprimatur


Pour le bonheur des Miens, Mes choisis. Jésus


STELLA MARIS 485 SOMMAIRE

Livres de Léandre Lachance

 


J’ai reçu une lettre du Cardinal Janis Pujats, archevêque métropolite de Riga de la Sainte Église romaine en Lettonie, qui m’a fait grandement plaisir.

Je ne connaissais pas cet homme de Dieu, mais lui avait déjà lu les volumes « Pour le bonheur des Miens, Mes choisis. Jésus ». Le Cardinal a été profondément touché dès la lecture du tome I de cette série.

Sans que je lui en aie fait la demande, le Cardinal Pujats a eu la délicatesse de me donner l’Imprimatur confirmant que tout ce qui est écrit dans les volumes « Pour le bonheur des Miens, Mes choisis. Jésus » est conforme à la Parole de Dieu. Aussi, il souhaite que ces volumes soient répandus pour être lus et médités, car ils sont une nourriture pour aider à grandir spirituellement. C’est véritablement un très beau cadeau pour nous, les choisis de Jésus, de recevoir un tel appui du Cardinal.

Après vérifications auprès d’un spécialiste en théologie, j’apprends qu’un Imprimatur délivré par un Cardinal est valable pour tout pays ! Avec moi, je vous invite à rendre grâce au Seigneur pour tout ce qui nous arrive, dont cet Imprimatur. Voici donc cette lettre du Cardinal.

Léandre

Lettre du Cardinal

Au début de l’année 2006, j’ai reçu une copie de la traduction lettonne du volume « Pour le bonheur des Miens, Mes choisis. Jésus », écrit par Léandre Lachance. C’était le premier d’une trilogie de livres du même titre que Léandre avait écrits en langue française. La traduction lettonne était encore sous forme de manuscrit et la rédactrice m’avait gentiment demandé de l’évaluer.

Évaluer des écrits de nature religieuse n’est pas un travail facile. Comme archevêque métropolitain nommé par le Très Saint-Père, je dois lire chaque texte très attentivement, avec la précaution la plus extrême et avec le plus haut sens des responsabilités, aussi bien envers l’auteur qu’envers ceux qui pourraient lire ses livres.

Je m’abstiens de me prononcer sur le caractère surnaturel des messages transmis par Léandre dans ces livres. J’affirme seulement qu’il n’y a rien dans ces écrits qui contrevient à la foi chrétienne et aux bonnes mœurs. De ce fait, ces livres peuvent être recommandés à la lecture.

Au tout début du premier volume (dans le troisième dialogue datant du 11 novembre 1996), Jésus s’adresse à Léandre en lui demandant :

« Acceptes-tu d’être pour Moi celui qui ne vit que pour Moi ? Qui renonce à son bien-être, à son image, à sa réputation, surtout à ses pensées ! »

J’ai compris tout de suite que ces mots s’appliquaient non seulement au « petit » Léandre (comme Jésus l’appelle dans ces trois volumes), mais aussi à moi, personnellement, et à toute autre personne qui souhaite établir des liens proches et étroits avec Dieu.

Ceux-ci sont des mots-clés. Suis-je prêt à donner mon « oui » à Jésus, même si cela demande de grands sacrifices de ma part, même si je dois souffrir par ce fait et même si je dois me priver de tout ce qui m’est proche et cher.

C’est un choix sérieux à faire, mais si le lecteur décide de répondre « oui » à Jésus, il recevra et acceptera le contenu de ces trois livres avec un cœur rempli de joie. Et le message de ces livres l’atteindra profondément et personnellement.

J’ai rencontré Léandre deux fois, en 2008 et en 2009, pendant qu’il séjournait en Lettonie pour donner des conférences et mener des retraites. Lors de notre dernière rencontre, il me remercia chaleureusement d’avoir donné mon Imprimatur, ou « consentement de l’Église à la publication » de la traduction lettonne des trois livres qu’il avait écrits. « Comment aurai-je pu ne pas le faire ? » lui répondis-je. « Je ne vois rien dans ces livres qui contreviendrait aux enseignements de l’Évangile. »

Je suis convaincu qu’au cours des prochaines années, la demande croîtra pour ces trois publications écrites par Léandre et que bien des générations futures continueront à les lire. La diffusion de ces livres à travers le monde ne se déroulera certainement pas comme celle des « best-sellers » qui jouissent d’une hausse soudaine de popularité, puis qui se démodent tout aussi rapidement.

À mon avis, le fait que les écrits de Léandre proviennent d’une inspiration intérieure leur accorde encore plus de signification. Je ne doute pas que le dialogue émouvant entre Léandre et Jésus inspirera beaucoup d’autres personnes, tout en renforçant leur foi et leurs liens avec Dieu.

Les livres écrits par Léandre nous affirment que nous ne pouvons être vraiment heureux qu’en donnant et en recevant l’Amour. Il n’est pas possible d’obtenir le bonheur par la gloire ou la fortune, par les possessions ou d’autres choses auxquelles on accorde beaucoup de valeur dans notre monde contemporain.

Ces livres parlent de Dieu comme Amour. Comment communiquer plus clairement à l’humanité le grand Amour que Dieu ressent pour chacun de nous ? J’invite chaque lecteur de ces volumes à accepter l’Amour de Dieu, à aimer son prochain de tout son cœur et à devenir un être d’Amour.

Cardinal Janis Pujats


Fermer le menu
×

Panier

FCDJ Pensées du jour

Pensée du jour

31 juillet 2012
:

Léandre Lachance


Récit de l'Imprimatur


Pour le bonheur des Miens, Mes choisis. Jésus


STELLA MARIS 485 SOMMAIRE

Livres de Léandre Lachance

 


J’ai reçu une lettre du Cardinal Janis Pujats, archevêque métropolite de Riga de la Sainte Église romaine en Lettonie, qui m’a fait grandement plaisir.

Je ne connaissais pas cet homme de Dieu, mais lui avait déjà lu les volumes « Pour le bonheur des Miens, Mes choisis. Jésus ». Le Cardinal a été profondément touché dès la lecture du tome I de cette série.

Sans que je lui en aie fait la demande, le Cardinal Pujats a eu la délicatesse de me donner l’Imprimatur confirmant que tout ce qui est écrit dans les volumes « Pour le bonheur des Miens, Mes choisis. Jésus » est conforme à la Parole de Dieu. Aussi, il souhaite que ces volumes soient répandus pour être lus et médités, car ils sont une nourriture pour aider à grandir spirituellement. C’est véritablement un très beau cadeau pour nous, les choisis de Jésus, de recevoir un tel appui du Cardinal.

Après vérifications auprès d’un spécialiste en théologie, j’apprends qu’un Imprimatur délivré par un Cardinal est valable pour tout pays ! Avec moi, je vous invite à rendre grâce au Seigneur pour tout ce qui nous arrive, dont cet Imprimatur. Voici donc cette lettre du Cardinal.

Léandre

Lettre du Cardinal

Au début de l’année 2006, j’ai reçu une copie de la traduction lettonne du volume « Pour le bonheur des Miens, Mes choisis. Jésus », écrit par Léandre Lachance. C’était le premier d’une trilogie de livres du même titre que Léandre avait écrits en langue française. La traduction lettonne était encore sous forme de manuscrit et la rédactrice m’avait gentiment demandé de l’évaluer.

Évaluer des écrits de nature religieuse n’est pas un travail facile. Comme archevêque métropolitain nommé par le Très Saint-Père, je dois lire chaque texte très attentivement, avec la précaution la plus extrême et avec le plus haut sens des responsabilités, aussi bien envers l’auteur qu’envers ceux qui pourraient lire ses livres.

Je m’abstiens de me prononcer sur le caractère surnaturel des messages transmis par Léandre dans ces livres. J’affirme seulement qu’il n’y a rien dans ces écrits qui contrevient à la foi chrétienne et aux bonnes mœurs. De ce fait, ces livres peuvent être recommandés à la lecture.

Au tout début du premier volume (dans le troisième dialogue datant du 11 novembre 1996), Jésus s’adresse à Léandre en lui demandant :

« Acceptes-tu d’être pour Moi celui qui ne vit que pour Moi ? Qui renonce à son bien-être, à son image, à sa réputation, surtout à ses pensées ! »

J’ai compris tout de suite que ces mots s’appliquaient non seulement au « petit » Léandre (comme Jésus l’appelle dans ces trois volumes), mais aussi à moi, personnellement, et à toute autre personne qui souhaite établir des liens proches et étroits avec Dieu.

Ceux-ci sont des mots-clés. Suis-je prêt à donner mon « oui » à Jésus, même si cela demande de grands sacrifices de ma part, même si je dois souffrir par ce fait et même si je dois me priver de tout ce qui m’est proche et cher.

C’est un choix sérieux à faire, mais si le lecteur décide de répondre « oui » à Jésus, il recevra et acceptera le contenu de ces trois livres avec un cœur rempli de joie. Et le message de ces livres l’atteindra profondément et personnellement.

J’ai rencontré Léandre deux fois, en 2008 et en 2009, pendant qu’il séjournait en Lettonie pour donner des conférences et mener des retraites. Lors de notre dernière rencontre, il me remercia chaleureusement d’avoir donné mon Imprimatur, ou « consentement de l’Église à la publication » de la traduction lettonne des trois livres qu’il avait écrits. « Comment aurai-je pu ne pas le faire ? » lui répondis-je. « Je ne vois rien dans ces livres qui contreviendrait aux enseignements de l’Évangile. »

Je suis convaincu qu’au cours des prochaines années, la demande croîtra pour ces trois publications écrites par Léandre et que bien des générations futures continueront à les lire. La diffusion de ces livres à travers le monde ne se déroulera certainement pas comme celle des « best-sellers » qui jouissent d’une hausse soudaine de popularité, puis qui se démodent tout aussi rapidement.

À mon avis, le fait que les écrits de Léandre proviennent d’une inspiration intérieure leur accorde encore plus de signification. Je ne doute pas que le dialogue émouvant entre Léandre et Jésus inspirera beaucoup d’autres personnes, tout en renforçant leur foi et leurs liens avec Dieu.

Les livres écrits par Léandre nous affirment que nous ne pouvons être vraiment heureux qu’en donnant et en recevant l’Amour. Il n’est pas possible d’obtenir le bonheur par la gloire ou la fortune, par les possessions ou d’autres choses auxquelles on accorde beaucoup de valeur dans notre monde contemporain.

Ces livres parlent de Dieu comme Amour. Comment communiquer plus clairement à l’humanité le grand Amour que Dieu ressent pour chacun de nous ? J’invite chaque lecteur de ces volumes à accepter l’Amour de Dieu, à aimer son prochain de tout son cœur et à devenir un être d’Amour.

Cardinal Janis Pujats