Chronique #2 – LÉANDRE LACHANCE

LÉANDRE LACHANCE

Léandre Lachance naît en 1934 à Lac-Mégantic, « sur la rue Papineau » précise-t-il, avant que sa famille déménage à Nantes où il grandit. Sixième d’une famille de sept enfants, avec un père malade, c’est à lui qu’échoit les tâches de la ferme familiale : « À partir de 12 ans, j’ai effectué tous les travaux qu’exige une ferme. »

Autodidacte, souffrant de ne pouvoir assouvir sa soif de connaissances, il consacre ses soirées à la lecture. Deux œuvres le marquent particulièrement à cette époque au point de les lire et relire trois fois entre l’âge de 15 et 18 ans : « Comment se faire des amis » et « Triomphez de vos soucis » du célèbre auteur Dale Carnegie.

À 18 ans, Léandre Lachance entreprend de faire carrière dans le domaine des assurances. À 24 ans, il déménage à Sherbrooke et à 26 ans, il est gérant de district !

En même temps que cette vie professionnelle bien remplie, Léandre Lachance rencontre puis épouse Élisabeth Carrier, une enseignante, avec qui il a cinq enfants. Il est aujourd’hui grand-père de seize petits-enfants et arrière-grand-père trois fois.

Tout en travaillant, il continue ses études : il obtient le titre de courtier d’assurance agréé, suit les cours de formation de l’Association des assureurs-vie du Canada et devient assureur-vie agréé (AVA). Il poursuit le tout avec un certificat en administration des affaires à l’Université de Sherbrooke.

En 1964, suite à des difficultés financières, les compagnies d’assurances mettent à pied du personnel. Âgé de 30 ans, Léandre Lachance se retrouve sans emploi. Il se rappelle un conseil de Dale Carnegie : « Sachez profiter des moments difficiles pour améliorer votre sort ».

Il met sur pied sa propre entreprise de courtier en assurances, « L. Lachance et associés », qui deviennent de 1964 à 1997, parmi les plus importants bureaux de courtage d’assurances au Québec avec 120 employés et 22 bureaux.

Parallèlement à son travail en assurance, il investit dans le domaine immobilier dès 1962. Sous l’impulsion de son fils Patrick, « Les Entreprises Lachance » deviennent entrepreneur général en construction résidentielle en 1997. Dès l’année suivante, la compagnie obtient le prix du premier constructeur général APCHQ pour la région de l’Estrie. « Les Entreprises Lachance » sont accréditées Novoclimat en 2005 et reconnues Maître constructeur palme platine de l’APCHQ en 2006.

À un rythme de 150 maisons par année, « Les Entreprises Lachance » ont déjà construit et vendu près de 2 000 maisons et sont devenues la plus importante firme de construction résidentielle en Estrie.

Pour son anniversaire en 1989, ses enfants lui offrent un livre aux pages blanches et vierges en lui demandant « d’écrire ce que tu nous as transmis pour ne pas perdre ces enseignements. » Par amour pour ses enfants et ses petits-enfants, Léandre Lachance accepte de transmettre ses valeurs profondes malgré le fait qu’il ait toujours eu de la misère à écrire, qu’il a toujours détesté écrire. Il réussit à publier son premier livre : « Pour le bonheur des miens – 42 ingrédients pour parvenir au sommet. »

Devant le succès de ce premier ouvrage, plusieurs lui en demandent un autre. Pour Léandre Lachance, il est clair que s’il écrit un autre livre, la foi ainsi que la construction d’un monde meilleur, d’une société nouvelle, seront au centre de cette oeuvre. En 1996, « pour être docile à l’action de l’Esprit saint », comme il le dit si bien, il se remet à l’écriture. « Et là, je ne reconnaissais pas mon écriture. Alors qu’auparavant, je faisais plein de ratures et de corrections, là, l’écriture coulait de source, au fil de la plume, sans ratures. Je redécouvrais ce que j’avais écrit en me relisant et je ressentais une grande paix après l’écriture. »

En avril 1999, un nouveau livre est complété : « Pour le bonheur des miens, mes choisis, Jésus », volume 1. Puis les volumes 2 et 3. Ensuite un livre pour enfants, « Grand-papa Léandre raconte », suivi de « Pour le bonheur du couple et de la famille », « Pour le bonheur des jeunes » et « Le bonheur de vieillir ». Huit livres vendus à près de 200 000 exemplaires dans une douzaine de langues. Un témoignage intense portant un message d’amour simple et puissant, touchant au plus profond du coeur. « Plus le temps passe, plus j’ai la conviction que j’ai rédigé ces livres par inspiration divine », commente-t-il.

Au début des années 90, Léandre Lachance se retire de la gestion quotidienne des affaires pour se consacrer pleinement à sa mission d’évangélisation. Dix ans plus tard, il met sur pied la Fondation des choisis de Jésus « pour favoriser la diffusion, l’intégration et l’expérimentation des messages que le Seigneur m’a confiés : accueillir l’amour de Dieu, se laisser transformer par cet amour et permettre à son amour de passer à travers nous… Décrire ce dont je suis témoin et l’agir de Dieu à travers ça ».

De 2001 à 2012, Léandre Lachance effectue une trentaine de voyages en Europe (Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, France, Italie, Lettonie, Liban, Luxembourg, Suisse) comme conférencier en plus de diriger des retraites de prières.

La Fondation des choisis de Jésus ouvre son compte Facebook en août 2013. Presque trois ans plus tard, elle en est à plus de 2,1 millions de « J’aime la page ».
Le site internet de la Fondation des choisis de Jésus enregistre près de 1 million de visites en 2015 et 112 000 juste en mars 2016.
 Plus de 8 500 abonnés reçoivent quotidiennement « la pensée du jour » par courriel en 11 langues : allemand, anglais, arabe, espagnol, français, italien, letton, lituanien, malgache, polonais et russe.

Léandre Lachance s’engage aussi sur le plan social :

  • Président de la Fédération des courtiers d’assurances du Québec
  • Président fondateur du Collège Sacré-Cœur, association coopérative en 1972;
  • Vice-président de la Caisse d’établissement de l’Estrie de 1973 à 1975;
  • Administrateur de la Chambre de commerce de 1973 à 1976, puis de 1980 à 1982;
  • Président de la Campagne de la Croix-Rouge en 1983;
  • Administrateur de la Fondation du CHUS de 1990 à 1993.

Léandre Lachance ne court pas les honneurs. Mais les hommages et distinctions affluent :

  • À deux reprises, en 1978 et 1984, nommé « Homme du mois » par la Chambre de commerce de Sherbrooke;
  • Homme d’affaires du mois en 1980 par le magazine régional de l’Estrie;
  • Président d’honneur pour Kino Québec en 1986;
  • Honoré par les Chevaliers de Colomb de Sherbrooke comme « Bâtisseur » en 1990;
  • « L. Lachance et associés » ont été reconnus comme étant la meilleure entreprise de service en 1991;
  • La même année, nommé président d’honneur de la Fondation OLO;
  • Pendant plusieurs années, le Collège Sacré-Cœur a remis annuellement le prix Léandre-Lachance au meilleur professeur;
  • Invité comme conférencier à différents événements : Congrès de la Chambre de commerce, Pro-Gestion Québec, etc.
  • En 2014, Léandre Lachance reçoit le prix littéraire Juge-Lemay décerné par la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Sherbrooke.
  • En 2016, à l’occasion de leur 60e anniversaire de mariage, les enfants et petits-enfants d’Élisabeth Carrier et de Léandre Lachance produisent une vidéo intitulée « Abandon et confiance », présentant une série de témoignages pour leur rendre hommage et les remercier.

« Je suis très privilégié, dit-il. J’ai une belle famille et je suis en santé, le seul de ma famille à avoir atteint l’âge de 80 ans en santé. » Depuis à peu près toujours, Léandre Lachance accorde un temps privilégié à la prière, au recueillement et à son engagement spirituel. « Ma mission est de mener les gens à faire la volonté de Dieu. Beaucoup de gens acceptent de donner une place à Dieu dans leur vie, mais peu acceptent de Lui donner la première place. On cherche Dieu avec notre tête, mais on le trouve avec notre cœur.  Chaque être humain éprouve le besoin fondamental d’aimer et d’être aimé. Pourquoi ne pas nous brancher sur la véritable source d’amour qu’est Dieu ? », demande-t-il.

« L’Église est en train de se reconstruire et nous sommes à l’aurore de la plus belle histoire du monde. Notre Foi est basée sur la résurrection du Christ, qui nous a promis son retour dans la gloire, et nous sommes très près de ça. Quand le mal abonde, les grâces surabondent… Il faut avoir les yeux fixés sur l’action de Dieu, observer ce que Dieu fait, le bonheur, l’amour, la beauté… Il y a un renouveau qui s’effectue. Le besoin de Dieu est toujours là et question de ne pas me tromper, je me branche sur Jésus… La Foi, c’est l’espérance à toute épreuve », conclut-il.

Fermer le menu
×

Panier