DIFFUSION EN DIRECT
Tous les Mardis, jeudis
et vendredis à 12 : 30 HNE.
Votre dose d'amour
quotidienne!

Merci pour le chant « Parce que l’Amour t’aime, tu deviens l’Amour » que j’écoutais ce matin sur la route. Je pense qu’on peut le fredonner en tout temps ou presque et que cela embellit notre âme, et celle de nos frères et sœurs.

Clique ici pour prier avec les chants

Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
logo agir de dieu retina
11 décembre 2023

Nous avons reçu les CD de chants « Pour le bonheur des Miens, Mes choisis. Jésus ». Quelques jours avant de les recevoir, j’avais donné au Père mon Oui total, inconditionnel et irrévocable. Il m’a donc répondu par un beau clin d’œil. Nous écoutons souvent ces CD et nous sommes émerveillés par la profondeur et la beauté des mots de ces chants inspirés des messages. Les écouter nous remplit de courage et de paix et nous aide à pratiquer l’abandon dans les bras de Maman Marie, de Jésus et de notre Père bien-aimé. C’est un soutien dans le grand défi qui est pour nous de rester dans la louange et l’allégresse, malgré notre impuissance et une santé fragilisée par la maladie.

Écouter les chants : http://www.fcdj.org/audiotheque/consulter_laudiotheque

Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
logo agir de dieu retina
10 décembre 2023

Je suis une lectrice assidue des trois volumes « Pour le bonheur des Miens, Mes choisis. Jésus » depuis huit ans déjà. Nous avons aussi suivi les enseignements de M. Lachance à plusieurs endroits avec notre petit-fils.
Tous les matins, je lis la « Pensée du Jour » et le soir je reprends le Volume 1. La plupart du temps, le message que je lis correspond à ce que j’ai besoin d’entendre ce jour-là. C’est formidable comme le Seigneur me parle et me conduit. Je le loue, car je suis témoin de Son agir.
Ces volumes m’ont aidée à traverser une période difficile et ont joué un rôle de « guide spirituel ». Merci Seigneur. Je ne m’en sépare pas, car je les lis et médite chaque jour. J’en ai offert de très nombreuses fois. Je prie avec un volume lors des temps d’adoration du Saint-Sacrement. Comme le Seigneur m’a fait faire du chemin depuis le premier Oui !

Lien vers les volumes : http://www.fcdj.org/bibliotheque/livres_pour_le_bonheur_des_miens_mes_choisis_-_jesus

Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Magnifique louange de saint Paul, inspirée de l’Esprit, dans l’épître de ce dimanche : « C’est dans la faiblesse que je suis fort, car Dieu agit en moi. » Je Lui donne ma faiblesse : Il me donne la force, plus qu’au centuple ! C’est aussi exactement ce que nous dit Jésus aujourd’hui par la « Pensée du Jour » : « Donne-moi ta grande faiblesse et moi, je te rendrai fort. Reconnais que toi-même, tu n’es rien. Laisse-moi agir en toi. C’est lorsque tu me laisses agir dans ta faiblesse que tu deviens fort. »
Quelle merveilleuse nouvelle pour les âmes branlantes que nous sommes !

Pour vous abonner à la « Pensée du Jour » : http://www.fcdj.org/abonnement_a_la_pensee_du_jour

Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Les messages journaliers sont tellement bien choisis que c’est comme s’ils me sont adressés personnellement. Il n’y a que le Seigneur qui peut faire cela. À Lui toute gloire, éternellement !

Pour vous abonner à la « Pensée du Jour » : http://www.fcdj.org/abonnement_a_la_pensee_du_jour

Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
logo agir de dieu retina
19 septembre 2023

Père de tendresse et de miséricorde, viens, je Te prie, vivre en moi davantage et plus durablement.
Il est vrai que je crains parfois Ta présence, mais Ton amour et Ta grâce rendent ma confiance en Toi bien supérieure à mes craintes et mes peurs. Je Te bénis du fond du cœur et Te loue pour Qui Tu es !

Clique ici pour vous abonner à la « Pensée du Jour »

Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
logo agir de dieu retina
3 septembre 2023

En réponse à une lettre de M. Lachance :
Que du bonheur à la lecture de cette lettre ! Vous êtes un digne serviteur du Seigneur et nous ne pouvons que Le louer en voyant ce que vous faites pour Lui et pour nous ! Merci pour tout ! Si vous saviez combien vos messages sont attendus auprès de ceux et celles qui souffrent, ils sont un réconfort pour l’âme et le cœur !
Nous prierons pour vous en demandant au Seigneur de vous donner la santé afin de pouvoir encore et toujours rayonner là où Il veut que vous alliez ! Que Dieu et Sa Maman vous bénissent, ainsi que votre épouse et votre famille, et qu’Il vous garde dans la Paix !

http://www.fcdj.org/pensee_du_jour/lire_la_pensee_du_jour

Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Je suis chaque jour émerveillée, parce que je suis accueillie et aimée. Chaque jour, je reçois une Pensée qui me fait vivre. Aujourd’hui, je suis impressionnée que cette horde du Ciel soit là pour me protéger. Dieu est merveilleux, même si j’ai toujours un coin du cœur qui est incompatible avec ce que je voudrais être. Mais, je suis dans les mains de Dieu ! Loué soit notre Dieu, la Sainte Trinité et notre Sainte Mère du Ciel ! Saint Joseph nous accompagne aussi sur notre route, merci ! Merci d’être des messagers et union de prières !

Pour lire la « Pensée du Jour » : http://www.fcdj.org/pensee_du_jour/lire_la_pensee_du_jour_1

Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Comment rendrais-je au Seigneur tout le bien qu’Il m’a fait ? Je veux vivre pour Lui, chanter pour Lui, travailler pour Lui. Qu’Il soit loué et béni, Lui qui sauve, relève et donne paix et joie à mon âme. L’amour du Seigneur est le plus fort ! Merci pour la Pensée quotidienne, elle me fait entrer davantage dans cette relation amoureuse avec mon Dieu et avec mes frères et mes sœurs.

Clique ici pour lire la « Pensée du Jour »

Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
logo agir de dieu retina
27 février 2023

Une personne écrit à Léandre :

Aujourd’hui est un jour très particulier pour moi, car il y a justement un an, j’ai eu une rencontre très importante qui était d’une certaine façon liée à vous. C’est pourquoi, je voudrais vous partager ma reconnaissance pour ce qui s’est passé. L’année dernière, le 24 août, vous étiez en Lettonie et vous avez animé une retraite dans notre paroisse. Je ne le savais pas et je n’avais pas prévu y participer. La Providence divine en avait décidé autrement. J’étais en train de longer le bord de l’étang de Mara, lorsque j’ai rencontré « par hasard » des personnes connues qui allaient à la retraite. Elles m’ont invitée à venir avec elles. J’ai pensé : « D’accord, j’y vais pour écouter un peu. » C’est ainsi que je suis venue à cette retraite sans me douter qu’elle serait si providentielle pour moi et des grâces qui m’y étaient préparées. Tout s’est déroulé comme d’habitude – la louange, puis l’enseignement, la joie et le sentiment d’unité. Votre témoignage m’a interpellée et a réchauffé mon cœur, surtout le fait que le Seigneur vous appelle « mon petit » et la manière dont Il exprime Son amour par des paroles comme « Je t’aime tendrement, follement ! » Jamais avant, je n’avais entendu une chose pareille – qu’on puisse être dans une telle intimité avec Dieu, bien que j’aie senti dans mon cœur cet Amour très tendre et en même temps follement passionné. Ce qui me faisait peur et me rendait confuse, car je pensais qu’il y avait peut-être quelque chose qui n’était pas bien en moi. J’étais trop timide pour en parler, car à mon avis, les relations avec Dieu devaient être distantes. Donc, comme dans une sorte d’étonnement, j’ai continué à participer à la retraite, jusqu’à la situation (je ne me souviens plus de ce qui se passait à ce moment-là) où, en regardant Jésus dans le tableau de l’autel, j’ai commencé à recevoir un tel fleuve d’Amour qui m’a séparée de ce qui se passait autour de moi. J’ai ressenti que j’étais en train de fondre comme un morceau de beurre jaune dans le Soleil de l’Amour de Dieu. Je me sentais très bien, mais tout à coup, dans ce morceau de beurre, j’ai remarqué qu’il y avait des taches noires, comme du marc de thé, qui pendant la fonte sont apparues et devenues plus évidentes. Je n’ai pas aimé cela et j’ai compris que le Seigneur me montrait ainsi que c’étaient mes péchés encore non confessés. Ces contrastes étaient si frappants ! Le sentiment d’un bonheur infini en fondant dans le Soleil de l’Amour de Dieu et la conscience de mon état de pécheresse…
J’ai décidé de me confesser tout de suite, mais comment ? Il n’y avait que des prêtres catholiques dont je n’osais pas m’approcher, car à cette époque-là j’appartenais encore à l’Église Luthérienne. Comme « par hasard », j’ai aperçu le prêtre qui, un jour, était venu à une réunion à l’école supérieure luthérienne où je faisais mes études. Au moins, je savais son nom et je connaissais certaines personnes qu’il connaissait lui aussi, et auxquelles j’aurais pu me référer si c’était nécessaire. Cela m’a encouragée à aller vers lui avec mon besoin de me confesser. Le prêtre a dit qu’il pouvait m’écouter et prier pour moi. Cela m’a suffi, car je savais que je disais mes péchés à Dieu Lui-même ; et bien que, étant luthérienne, je n’aie pas pu recevoir l’absolution, je croyais que Dieu m’avait exaucée. Après avoir épanché mon cœur devant Dieu, je suis retournée dans la salle pour continuer à participer à la retraite où l’Amour de Dieu m’attendait déjà avec une phrase qui a été pour moi déterminante. Je L’ai entendu me dire : « Chère petite fille, il te suffit de manger des miettes, viens t’asseoir à table ! » C’était si clair, que j’ai compris à l’instant que j’étais appelée à m’associer à l’Église : la porte était ouverte ! Moi seule, je devais décider d’entrer par elle ou pas.
La suite s’est déroulée comme dans un film accéléré. J’ai retrouvé le prêtre, maintenant pour « parler affaires ». Malheureusement, je ne me souviens de rien de ce dont on a parlé, tant j’étais bouleversée. Probablement que je lui ai parlé de mon expérience de foi. Je me rappelle une phrase : le prêtre m’ayant demandé si je savais comment se passait la conversion à une autre confession, j’ai répondu « non ». À la fin de cet entretien, nous nous étions déjà mis d’accord par rapport à la date : le 8 septembre, l’anniversaire de la Maman de Dieu. C’est ce jour-là que j’ai dit mon Oui dans l’Église catholique.
Je suis très heureuse et reconnaissante. Grâce à cet événement, j’ai trouvé ma maison spirituelle, l’appartenance à la paroisse et la possibilité d’être dans l’unité de la table de l’Église, avec la Communion. Cette année a été la plus heureuse dans ma vie, car j’ai reçu tant d’Amour que je ne me souviens même plus comment a été l’hiver : pour moi, c’était un printemps permanent qui m’a réjouie avec l’odeur de ses fleurs épanouissantes.
C’est ainsi que vous, Léandre, sans vous en rendre compte, vous êtes devenu quelqu’un qui m’est cher et que je porte dans mon cœur avec reconnaissance et prière.

Clique ici pour visionner une retraite donnée par Léandre Lachance

Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Inscrivez-vous à l’infolettre pour recevoir la Pensée du Jour

TÉLÉCHARGER
NOTRE NOUVELLE
APPLICATION
×

Panier

FCDJ Pensées du jour

Pensée du jour

27 février 2023
: Une personne écrit à Léandre :

Aujourd’hui est un jour très particulier pour moi, car il y a justement un an, j’ai eu une rencontre très importante qui était d’une certaine façon liée à vous. C’est pourquoi, je voudrais vous partager ma reconnaissance pour ce qui s’est passé. L’année dernière, le 24 août, vous étiez en Lettonie et vous avez animé une retraite dans notre paroisse. Je ne le savais pas et je n’avais pas prévu y participer. La Providence divine en avait décidé autrement. J’étais en train de longer le bord de l’étang de Mara, lorsque j’ai rencontré « par hasard » des personnes connues qui allaient à la retraite. Elles m’ont invitée à venir avec elles. J’ai pensé : « D’accord, j’y vais pour écouter un peu. » C’est ainsi que je suis venue à cette retraite sans me douter qu’elle serait si providentielle pour moi et des grâces qui m’y étaient préparées. Tout s’est déroulé comme d’habitude – la louange, puis l’enseignement, la joie et le sentiment d’unité. Votre témoignage m’a interpellée et a réchauffé mon cœur, surtout le fait que le Seigneur vous appelle « mon petit » et la manière dont Il exprime Son amour par des paroles comme « Je t’aime tendrement, follement ! » Jamais avant, je n’avais entendu une chose pareille – qu’on puisse être dans une telle intimité avec Dieu, bien que j’aie senti dans mon cœur cet Amour très tendre et en même temps follement passionné. Ce qui me faisait peur et me rendait confuse, car je pensais qu’il y avait peut-être quelque chose qui n’était pas bien en moi. J’étais trop timide pour en parler, car à mon avis, les relations avec Dieu devaient être distantes. Donc, comme dans une sorte d’étonnement, j’ai continué à participer à la retraite, jusqu’à la situation (je ne me souviens plus de ce qui se passait à ce moment-là) où, en regardant Jésus dans le tableau de l’autel, j’ai commencé à recevoir un tel fleuve d’Amour qui m'a séparée de ce qui se passait autour de moi. J’ai ressenti que j’étais en train de fondre comme un morceau de beurre jaune dans le Soleil de l’Amour de Dieu. Je me sentais très bien, mais tout à coup, dans ce morceau de beurre, j’ai remarqué qu’il y avait des taches noires, comme du marc de thé, qui pendant la fonte sont apparues et devenues plus évidentes. Je n’ai pas aimé cela et j’ai compris que le Seigneur me montrait ainsi que c’étaient mes péchés encore non confessés. Ces contrastes étaient si frappants ! Le sentiment d’un bonheur infini en fondant dans le Soleil de l’Amour de Dieu et la conscience de mon état de pécheresse…
J’ai décidé de me confesser tout de suite, mais comment ? Il n’y avait que des prêtres catholiques dont je n’osais pas m’approcher, car à cette époque-là j’appartenais encore à l’Église Luthérienne. Comme « par hasard », j’ai aperçu le prêtre qui, un jour, était venu à une réunion à l’école supérieure luthérienne où je faisais mes études. Au moins, je savais son nom et je connaissais certaines personnes qu’il connaissait lui aussi, et auxquelles j’aurais pu me référer si c’était nécessaire. Cela m’a encouragée à aller vers lui avec mon besoin de me confesser. Le prêtre a dit qu’il pouvait m’écouter et prier pour moi. Cela m’a suffi, car je savais que je disais mes péchés à Dieu Lui-même ; et bien que, étant luthérienne, je n’aie pas pu recevoir l’absolution, je croyais que Dieu m’avait exaucée. Après avoir épanché mon cœur devant Dieu, je suis retournée dans la salle pour continuer à participer à la retraite où l’Amour de Dieu m’attendait déjà avec une phrase qui a été pour moi déterminante. Je L’ai entendu me dire : « Chère petite fille, il te suffit de manger des miettes, viens t’asseoir à table ! » C’était si clair, que j’ai compris à l’instant que j’étais appelée à m’associer à l’Église : la porte était ouverte ! Moi seule, je devais décider d’entrer par elle ou pas.
La suite s’est déroulée comme dans un film accéléré. J’ai retrouvé le prêtre, maintenant pour « parler affaires ». Malheureusement, je ne me souviens de rien de ce dont on a parlé, tant j’étais bouleversée. Probablement que je lui ai parlé de mon expérience de foi. Je me rappelle une phrase : le prêtre m’ayant demandé si je savais comment se passait la conversion à une autre confession, j’ai répondu « non ». À la fin de cet entretien, nous nous étions déjà mis d’accord par rapport à la date : le 8 septembre, l’anniversaire de la Maman de Dieu. C’est ce jour-là que j’ai dit mon Oui dans l’Église catholique.
Je suis très heureuse et reconnaissante. Grâce à cet événement, j’ai trouvé ma maison spirituelle, l’appartenance à la paroisse et la possibilité d’être dans l’unité de la table de l’Église, avec la Communion. Cette année a été la plus heureuse dans ma vie, car j’ai reçu tant d’Amour que je ne me souviens même plus comment a été l’hiver : pour moi, c’était un printemps permanent qui m’a réjouie avec l’odeur de ses fleurs épanouissantes. C’est ainsi que vous, Léandre, sans vous en rendre compte, vous êtes devenu quelqu’un qui m’est cher et que je porte dans mon cœur avec reconnaissance et prière.

Clique ici pour visionner une retraite donnée par Léandre Lachance
bitmap 2

Une expérience utilisateur améliorée

Téléchargez notre application maintenant

bitmap 3
mobile bitmap 3