Chronique #13 – AVOIR UNE CONFIANCE À TOUTE ÉPREUVE

La confiance m’apparaît comme ayant une relation très étroite avec la foi. En développant la confiance, nous faisons grandir la foi et, en obtenant celle-ci, nous augmentons notre confiance; que ce soit dans notre relation avec Dieu, avec nous-mêmes, envers les autres ou en tout ce que nous entreprenons.

Continuer la lecture

Chronique #15 – L’AMOUR QUI TRANSFORME

La première fois que j’ai pris conscience que l’amour pouvait transformer une personne, c’est à mes débuts dans la vente d’assurances. J’étais chez un de mes clients à Disraeli (au bout d’un rang) lequel avait insisté pour que je prenne le repas chez lui. À cette époque, j’étais président du Cercle Lacordaire de ma paroisse (mouvement où nous nous engagions à ne pas prendre ni offrir aucune sorte de boisson alcoolisée), et mon client me raconte être maintenant membre de ce mouvement, alors qu’il avait été jadis un très grand buveur. Chaque semaine, il allait au village faire les achats nécessaires à la ferme et revenait dans un état d’ébriété très avancé. Devenu veuf, il s’est remarié.

Continuer la lecture

Chronique #16 – L’AMOUR DU TRAVAIL

Lorsque mon fils Patrick avait 15 ans, nous lui avions demandé de faire un certain travail au bureau : insérer des feuilles dans des « porte-polices », des enveloppes de plastique transparent. C’était un travail difficile et ennuyeux et il avait réussi à faire à peine 30 porte-polices en deux heures et demie d’ouvrage. Je l’écoutai attentivement et je m’informai de la façon dont il s’y prenait et où il avait travaillé. J’appris qu’il s’était installé dans la pièce d’entreposage des documents, sur des boîtes de carton et qu’il allait chercher chaque document dans sa boîte. Je lui ai dit qu’il y avait sûrement un moyen de rendre ce travail plus intéressant et qu’il était important de s’organiser pour que le travail que nous accomplissons devienne intéressant et soit une source de motivation.

Continuer la lecture

Chronique #18 – LE RESPECT DE LA LIBERTÉ

Nous avons tous été créés libres, et nous désirons tous jouir pleinement de notre liberté; mais très souvent, nous sentons notre liberté brimée par les autres ou nous brimons celle des autres. J’ai remarqué qu’il est facile de respecter cette liberté à distance lorsqu’il s’agit d’étrangers, mais lorsque nous arrivons avec nos proches, avec ceux que nous aimons, il devient plus difficile de conserver cette liberté.

Continuer la lecture

Chronique #20 – ÊTRE FONCIÈREMENT HONNÊTE

L’honnêteté est définitivement une qualité essentielle à développer, qualité qui favorise beaucoup les affaires, car les gens aiment transiger avec quelqu’un que l’on sait foncièrement honnête. La plus belle leçon d’honnêteté m’a été donnée par mon oncle Georges Drouin.

Continuer la lecture
Fermer le menu
×

Panier

FCDJ Pensées du jour

Pensée du jour

1 mai 2019
:

ÊTRE FONCIÈREMENT HONNÊTE

L’honnêteté est définitivement une qualité essentielle à développer, qualité qui favorise beaucoup les affaires, car les gens aiment transiger avec quelqu’un que l’on sait foncièrement honnête. La plus belle leçon d’honnêteté m’a été donnée par mon oncle Georges Drouin.

Durant les années de la crise économique, au début des années 30, il avait dû faire faillite et aller s’établir dans le nord de l’Ontario pendant quelques années, pour revenir par la suite à Waterville, s’acheter une vaste ferme. Lorsqu’il a vendu cette même ferme dans les années 50, il est retourné dans la Beauce, là où il avait vécu au moment de sa faillite, afin de rembourser tout un chacun des créanciers. Ceux-ci étaient-ils décédés que leurs enfants recevaient la somme due.

Vers les années 60, lorsqu’il a vendu un édifice à logements qu’il possédait à Sherbrooke, il m’a téléphoné pour me demander un service : est-ce que j’accepterais de partager entre mes frères et soeurs le montant que ma mère aurait reçu de plus en héritage, s’il n’avait pas fait perdre une somme d’argent à mon grand-père dans sa faillite ?

J’ai répondu en lui disant que je serais très heureux de lui rendre service, mais ne devait-il pas oublier cela vu que tout le monde l’avait oublié, que ma mère était décédée et qui, je savais, n’avait gardé aucun mauvais souvenir de cette question d’argent. Il a rétorqué en me disant : « Je ne t’ai pas demandé ton opinion; de toute façon tu étais trop jeune, tu ne te souviens pas de cela. La seule chose que je veux savoir, c’est si tu acceptes de faire le partage entre les membres de ta famille. » Ce que j’ai accepté. Et dans les jours qui ont suivi, j’ai reçu son chèque que j’ai partagé.

Il avait un sens profond de l’honnêteté. Même libéré légalement d’une dette qu’il n’avait pu honorer à cause de la récession économique, pour lui c’était important, face à sa conscience, de payer chacun de ses créanciers.

Cette expérience est demeurée très vivante dans mon esprit. Être foncièrement honnête face à sa propre conscience apporte une très grande paix intérieure, et c’est une source d’énergie pour nous aider à atteindre de nouveaux sommets.